Dead Cells : un rogue-like auquel on devient vite accro

Dead Cells : un rogue-like auquel on devient vite accro

Je tiens d’abord à remercier mes camarades de chez Terminals.io, qui me font dons de clés pour réaliser mes articles, comme ça a été le cas pour ce jeu.

Bon, cette fois-ci je m’attaque à du lourd ! Il s’agit effectivement du rogue-like Dead Cells, sorti ce 6 août dernier sur Steam, Xbox One, PS4 et Nintendo Switch.

À peine commencé, que l’on rentre dans le vif du sujet. Un personnage au sol (mort) s’anime après après qu’une sorte de boule blanche lui rentre par la bouche.

Image source : Steam Store

Nous rencontrons après notre réveil une gardienne, surprise, elle nous apprend que nous sommes effectivement mort (la hache à côté n’était pas donc pas là pour faire jolie) !

Une fois après avoir un peu plus discuté avec ce PNJ, on avance directement dans le premier univers.

À noter : il est recommandé de jouer avec la manette, je vous le recommande largement.

Une phase de tuto commence, vous expliquant ainsi la fonctionnalité de chaque touche et celle qui sont assignés aux attaques, mouvements etc, il y a quelques combats vous permettant de comprendre leur fonctionnement et le fonctionnement d’un combat.

Lors de ce tuto, il va falloir choisir entre deux armes ou une arme et un bouclier ! C’est à vous de faire votre choix.

S’enchaîne ensuite plusieurs combats et la découverte de la première map, vous rencontrez des mobs qui charge simplement, d’autres avec des arcs et enfin ce qui vous jettent des bombs.

Image source :  OnRPG

Vous découvrirez alors, vos premiers objets inclus dans le jeu, à commencer par les portails qui s’allumeront une fois utilisable.

Ils  vous serviront surtout lorsque vous voudrez repartir à l’opposer de l’endroit où vous êtes.

Il y a des boules vertes un peu partout sur la map, inutile, mais vous pourrez toujours les chatouiller…

Viennent ensuite les objets plus évolués et plus fort bloqué par des portes, pour les ouvrir il falloir payer !

Comment avoir de l’argent ? 

C’est relativement simple, vous pourrez gagner de l’argent en tuant divers mobs présent dans le jeu, il sera aussi possible d’en obtenir en ouvrant des coffres.

Je pense, que vous n’aurez aucun mal à les trouver, ou alors il va falloir songer à rendre une petite visite à votre ophtalmologue !

Parmi ce qu’il y a découvrir, en fouillant bien vous trouverez des lieux généré aléatoirement, où vous pourrez peut être découvrir des signes de vie.

Après plusieurs morts et plusieurs longues minutes de farming, j’ai enfin réussi à trouver la sortie du premier niveau !

J’étais heureux, c’était jour de fête dans ma tête, Patrick Sebastien et compagnie.

Enfin, après avoir fêter tout ça, j’ai discuté avec une personne qui étais à moitié morte au sol…après avoir  échangé quelques mots, je lui ai renfoncer une fois de plus l’épée qu’elle a dans la poitrine, pour faire ressortir des objets.

Les surprises du chef ! 

Le jeu, malgré son apparence si sublime, ces graphismes qui nous charme et sa facilité à jouer, ne reste pas moins très compliqué à jouer.

Pour vous dire, je me suis retrouvé directement après avoir traversé le portail qui donne sur le prochain niveau, (avant il y a un lobby où acheter l’équipement, récupérer toute sa vie…) sur des mobs très agressifs !

À un point où je me suis dit, gamin, rush et ne t’arrête jamais. Je l’ai fait, je suis mort.

Et qu’elle ne fut pas ma surprise, j’ai du TOUT recommencer, et quand je dit tout, je parle évidemment du début du jeu avec le premier niveau hein.

Vous découvrirez lorsque vous parcourrez les divers mondes qu’héberge le jeu, différents objets, monstres ou encore des boss.

Car oui, tout bon jeu à au moins 1 boss, là il y en a plusieurs, de souvenir c’est à chaque fin de biome vous devrez en combattre 1.

Toutefois, celons le chemin que vous emprunterez vous ne tomberez pas sur le même boss, par exemple pour le premier, il s’agira soit du concierge soit du conjonctivius.

En total seul 3 boss sur les 4 existants peuvent être combattus pour l’instant,  le second boss à pouvoir être tué étant le Time Keeper.

Le dernier, que vous ne pourrez donc pas affronter pour l’instant, se nomme The Hand of the King.

Voilà en ce qui concerne la présentation de ce petit jeu, je vous laisse le soin de découvrir le reste par vous même et de devenir tout comme moi accro à ce magnifique jeu !

Vous pouvez suivre le jeu sur son site officiel, sur Twitter et Facebook.

Merci d’avoir lu mon article, je vous invite à le partager sur les réseaux sociaux si ils vous a plu et réagir juste en dessous si vous le souhaitez.

Dead Cells : un rogue-like auquel on devient vite accro ⤵ Cliquez pour tweeter
0
JadoreJadore
0
HahaHaha
0
JaimeJaime
0
WowWow
0
NiceNice
0
TristeTriste
0
BerkBerk
0
En colèreEn colère
Merci pour votre vote !

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de
Allez viens on n'est bien !
Actuellement hors ligne.